Arts Picturaux

Je suis passionné par l’art, dans son principe et sa définition les plus liminaires, et par l’expression « Arts picturaux », j’entends toutes les formes d’expressions graphiques, ne le limitant pas, par exemple, à la peinture ou au dessin, ce qui réduirait le sujet à un champ technique et culturel très restreint en notre quotidien numérique. Aujourd’hui, l’art peut se trouver partout, aussi bien dans un musée que dans un jeu vidéo, à la télévision ou au détour d’une bande-dessinée. Les champs se croisent et se mélangent avec bonheur, la multiplication des médiums et la mondialisation multipliant les expériences et les références.

Fox à la joconde ou joconde à la fox. Au choix.

Pardon à Léonard de Vnci :-p

La ligne directrice de ce magma créatif demeure dans cette volonté de réaliser conceptuellement et graphiquement une vision, une envie, une pulsion. Nous vivons dans un monde d’images et de sons, jamais les stimuli sensoriels n’auront autant été provoqués dans notre monde d’omnipotence numérique. Les écrans se sont multipliés, s’arrogent de plus en plus d’espace et de temps dans notre champ personnel de perception. Sans la séduction d’une formalisation de plus en plus nécessaire à la puissance d’un message, toutes ces informations ne seraient rien de plus que du bruit, un perpétuel vacarme. Certains voudront toujours normaliser l’acte de conceptualisation en tentant une dévalorisation de l’acte créatif, en le cantonnant dans un champ élitiste, afin de convenir à une certaine vision intégriste faisant de l’art une élection davantage qu’un acte. La motivation sera certainement de répondre à de prosaïques désirs de distinction sociale, de refuser à l’autre sa différence ou ses valeurs. Mais limiter l’art à un domaine précis, c’est refuser toute la richesse que les potentialités créatives humaines proposent et se réserver le droit de décider et définir la valeur des choses.

À chacun de défendre ce pour quoi son cœur bat. C’est ce que je ferai ici, juste histoire d’en parler ou simplement réagir. Le débat n’est pas de savoir où l’art se trouve, mais plutôt s’il trouve son public et de quelle manière. Et d’en parler, de partager.

Articles récents :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *