Gros lag dans Wow : endgame ?

la premiere bd qui laggue sur arcticdreamer.fr

Wow et moi c’est une vieille histoire. Ou plutôt, Blizzard et moi, c’était du sérieux, une relation de près de 20 ans, vécue dans la passion et une certaine tendresse qui m’autorisaient parfois de beaux moments de nostalgie. Mais depuis le 22 septembre 2013, quelque chose ne tourne plus rond. Latence élevée, bugs récurrents et insupportables, freezes interminables… je ne reconnaissais plus le jeu qui m’avait assuré, pendant près de dix ans, un service technique stable et confortable. Dans ce genre de cas, on cherche le responsable, on se dit qu’il y a une troisième partie qui fout le bordel dans la relation, qui sème la zizanie. Le bouc-émissaire à la mode, en ce moment, c’est Free, et quand j’ai demandé des explications, on m’a de suite nommé le terrible agitateur qui a fait tant de mal aux prestataires en téléphonie mobile… un mal proportionnel au bien qu’il a procuré aux utilisateurs de ces mêmes services. Tout est affaire de point de vue, comme toujours.

Le problème, c’est qu’en me connectant sur différents alt (pour les néophytes, les alt sont des personnages secondaires qu’on crée en plus de son « main », c’est-à-dire son personnage principal), créés sur différents serveurs, je me retrouvais à l’arrivée avec des qualités de connexion tout-à-fait opposées. En résumé, bien que toujours connecté avec Free, selon mon serveur (ou royaume, pour reprendre le jargon ludique) je n’avais pas la même qualité de service. Gros lag dans Wow, oui, mais pas partout.

Chose qui n’est techniquement pas compliquée à comprendre, la domiciliation des serveurs de Blizzard n’étant pas forcément la même pour tous les royaumes, à moins qu’il ne s’agisse des protocoles de connexion, de l’infrastructure réseau, de la météo à Copenhague… À l’arrivée, ceux de Varimathras, où je buggue, ne doivent pas se trouver au même endroit que ceux de Kirin Tor, où le jeu est fluide. D’ailleurs, en navigant sur les forums officiels, on trouve facilement les différentes adresses Ip des royaumes, configurés en autant de cercles comprenant chacun une poignée de serveurs. Fort de cette terrible vérité, j’ai donc contacté un Maitre de jeu en ligne, pour exprimer le fond de ma pensée, soit qu’en tant qu’utilisateur, en tant qu’abonné au service, et joueur sur Varimathras, je ne suis pas à égalité de prestation avec le joueur de Kirin Tor. Mon interlocuteur fut ferme et inflexible, invoquant telle une pucelle outragée que son honneur était sauf, que Blizzard était irréprochable, que tout était la faute au méchant Free. Moi je cherchais juste un responsable, voila qu’on me balance un coupable…

J’ai tenté alors une approche constructive ; ok, admettons que Free soit dans le rouge dans cette affaire, qu’un de leur équipement, chemin, réseau, connaisse une dysfonction empêchant la qualité de la connexion… n’empêche que ça marche sur Kirin Tor ! Donc, pourquoi, fort de cette vérité, Blizzard ne fournit pas à ses joueurs malheureux (de Varimathras par exemple) une petite migration des données vers le paradis où se trouve Kirin Tor ?

Après tout, on parle bien d’informations numériques, une suite de 0 et de 1, qu’avec un peu d’organisation, on peut faire migrer d’un serveur à un autre, non ? Puis je ne parle pas de faire bouger les 7 millions de joueurs qui restent à Blizzard, seulement ceux qui sont actuellement pris en otage de ces flux inconstants. Non, non, vous imaginez, si on faisait ça, le méchant Free il continuerait et pourrait recommencer à volonté. Bah sur le coup, y a rien qui l’empêche de continuer, car comme je le disais au gars de chez Blizzard, si Free était si coupable que ça, l’idéal aurait été qu’une action en justice ou une médiatisation quelconque clarifie les enjeux et les responsabilités.

Mais en vérité, je pense que malgré le nombre important de joueurs se plaignant de latence élevée depuis une quinzaine de jours, ce phénomène reste minoritaire voire marginal par rapport à la masse de joueurs qui profitent du jeu. Rien qui nécessite un escadron de juristes et un communiqué de presse. Des victimes collatérales qui font un peu souci, mais qui n’entament pas trop les comptes.

En l’état, vu cette approche touchant au déni, après plus d’une dizaine de jours de patience et de compréhension, j’ai annulé mon abonnement à Wow. Parce qu’à la base, le méchant Free me fournit quand même, pour tout ce qui touche au web,une bonne connexion, et que je n’ai jamais eu, avec ce fournisseur, un quelconque réel souci (excepté lors de mon déménagement ; mais ils ont vite corrigé le tir, en demandant au technicien qui m’avait installé la ligne de faire correctement son travail). Je reste convaincu que nous avons ici un beau cas d’école concernant le manque de transparence de toutes les prestations liées à Internet. En gros, ce qu’on m’a expliqué, c’est que je payais pour un service, mais que c’était à moi de garantir ou d’agir pour pouvoir en profiter.

En arrêtant de payer, je vais tenter de faire comprendre, sans trop d’illusions, qu’en tant qu’usager, j’attends d’avoir accès au service, et que l’organisation qui me le fournit et m’en fait la promotion, doit m’en assurer l’accès sans que je doive prévoir des heures de batailles téléphoniques et juridiques auprès d’un quelconque intervenant. Imaginez qu’on vous vende un service en ligne, sous réserve que votre FAI en assure l’accès. C’est un peu comme vendre un séjour dans les îles sans vous assurer qu’une compagnie aérienne ou maritime vous permette d’atteindre la paradisiaque destination.

Sur les forums officiels de Blizzard, Battle-net, l’histoire est comique. Devant le nombre conséquent de posts annonçant la décision de clôturer le compte en représailles de la nonchalance avec laquelle la firme au logo bleu gère l’affaire, les médiateurs de Blizzard n’ont rien trouvé de mieux à faire que de clore les threads en invoquant une « volonté de conserver la clarté des débats ». Je me tâte pour savoir si je prépare un petit dossier à destination d’un organisme de défense des consommateurs, qui saura sûrement comment appliquer la loi Hamon qui trouverait ici une belle jurisprudence dans le cadre d’une plainte collective. Si je me fie aux dires de l’assistant technique qui m’a répondu il y a deux jours, Blizzard est irréprochable. Incanter n’est pas forcément réifier, et à mon sens, cette organisation ne fait pas ce qu’elle devrait pour concrètement résoudre le problème qui, quoi qu’elle dise, la concerne directement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *