Starcraft 2 : le retour de Kerrigan

SortieAujourd’hui, mardi 12 mars 2013, c’est la glorieuse sortie de l’extension de Starcraft 2 dédiée au camp des Zergs, après celle des Terrans sortie en 2010. A l’époque, le fait que le premier opus ne contienne qu’un camp sur les trois initialement et logiquement attendus par les fans du premier Starcraft, avait provoqué pas mal de remous parmi les gamers qui dénonçaient une forme de dérive marketing (comprendre « opportunisme commercial »). Finalement, les faits l’emportèrent sur l’inquiétude et l’indignation : Blizzard avait accouché d’un jeu très bien fini (comme à l’accoutumée, si on concède les scories habituelles et semble-t-il inévitables, de tout labeur numérique un tant soit peu ambitieux), et surtout d’une storyline rendant justice à la franchise.

En 1998, année de sortie de Starcraft premier du nom ou de la série, au choix, le jeu était déjà une savante concoction de gameplay et de narration. Avec un déroulement très scripté, marque de fabrique de l’éditeur, l’histoire nous narrait les bouleversements intergalactiques provoqués par l’intrusion de deux nouveaux acteurs extra-terrestres dans notre bonne vieille tradition impérialiste, cette fois-ci déchainée dans les confins infinis de l’univers. Mélange opportuniste de Starwars (avec les rebelles opposés à l’Empire, les pouvoirs de la Force-like), de Dune (avec les ressources stratégiques, la précognition), et surtout empruntant, comme pour Warcraft d’ailleurs, les lignes scénaristique de la saga Warhammer (plus précisément la version « 40000 » en ce qui nous concerne ici). C’est d’ailleurs amusant comme la référence à l’aïeul du jeu, conquérant des plateaux de Jeux de Rôles à base de statuettes, ne s’immisce jamais dans les critiques des œuvres blizzardiennes ; mais bon, reconnaissons à Blizzard de n’avoir jamais communiqué en surfant sur les notions très relatives d’innovations…

Starcraft a été, dès sa sortie, un événement ludique qui a bouleversé le genre et balayé durant de nombreuses années la concurrence. L’impact a été tel, que la vie du jeu, à l’instar de World of Warcraft, a été prodigieusement augmentée, de nombreux joueurs s’adonnant à des parties en réseaux à travers le monde lors de la sortie du second opus 12 ans après. Alors pourquoi un tel succès ? Quelle est la recette de Blizzard pour parvenir à une telle réussite, à tant pérenniser ces jeux ? La méthodologie de l’éditeur peut se présenter en quelques points.

1 – Une trame scénaristique de qualité

« Le scénario n’a pas d’importance » est certainement la phrase clé qui condamne toute oeuvre à un oubli plus ou moins proche, tout en compromettant la réussite du projet, quel qu’il soit. Vous me répondrez, pour un avatar de Tétris ou n’importe quel puzzle game, une intrigue n’a aucun impact… mais à mon sens, c’est justement rejeter le capital symbolique que le jeu en lui même, au-delà du mécanisme ludique qu’il induit par sa nature, possède indéniablement. Un exemple qui me vient à l’esprit, par exemple l’excellent Tetris Plus de Taïto sortie sur Playstation 1 en 1997 ; le jeu est un énième Tétris, mais l’univers comique de l’explorateur permet d’offrir une ambiance et une thématique raffraichissante, enrichissant le gameplay à tous les points de vue. Beaucoup d’observateurs, pertinents et conscients, annoncent depuis des années que le jeu vidéo est devenu source de création artistique, ce concept entrant inévitablement en conflit avec la définition de l’art comme nous l’entendons dans notre vieille logique occidentale, qui suppose la prégnance d’une personne (et d’une personnalité) à la réalité d’un objet artistique. Néanmoins, même si le jeu vidéo se révèle par excellence une oeuvre collective, l’objet qu’il devient une fois le produit édité, devient inévitablement une oeuvre d’art à part entière. Ce principe est par exemple parfaitement reconnu depuis longtemps pour le septième art, qui possède exactement les mêmes processus de création qu’un jeu vidéo. Une des différences majeures (outre le format ou l’ambition initiale) étant l’importance du processus ludique, d’une volonté d’interaction, certes parfois présente au cinéma (un vrai sujet de réflexion et d’anecdote) mais devenant pour le coup presque antagoniste à la condition d’existence de l’oeuvre : un film existe en tant que tel pour ses spectateurs, tandis qu’un jeu se destine à des joueurs, le processus ludique condamnant l’oeuvre à une vulgarisation, à une déchéance symbolique… Pourtant, les deux objets, le film et le jeu vidéo, partagent de nombreux points communs. Réalisation d’un synopsis, rationalisation des processus de création incluant les moyens techniques et artistiques nécessaires, volonté de s’adresser à des sens particuliers (vision, ouie) avec une matérialisation symbolique visant des principes élémentaires d’esthétique, etc. Alors pourquoi le nier, en se réfugiant derrière cette idée plus que désuète, emprunte d’un monde de convention qui confond le jeu et le jouet, le jeu vidéo est devenu une oeuvre d’art à part et entière, un véritable univers artistique où le plaisir des sens et des émotions joue un rôle moteur.

Blizzard l’a bien compris, et Warcraft, projection numérique de Warhammer limitée à deux factions, fut à sa manière la première application de cette philosophie que je qualifierai presque de cinématographique, par la volonté forte de mettre en scène le jeu, grâce à une intrigue scénaristique de qualité associée à une réalisation spectaculaire. Ayant joué à Warcraft 2 en 1996 (Tides of Darkness), la musique du jeu résonne encore dans mes oreilles tant le thème en était à la fois simple et efficace, tout comme les agréments sonores personnalisant encore davantage l’expérience du jeu (les connaisseurs, face à la surcharge de travail qui vient inévitablement dans notre vie de labeur, lâcheront un caricatural « Encore du travail ! »). Ces qualités de mise en scène, cette touche spectaculaire, Blizzard en fera profiter les joueurs dans ces différentes franchises qui seront toutes d’énorme succès :  Warcraft, mais aussi Diablo, Starcraft. Ce savoir-faire appliqué au concept du Mmorpg donnera naissance à World of Warcraft, empereur maudit du genre car spoliant les héritiers de toute prétention au trône depuis presque une décennie, le mètre étalon maintes fois copié, mais jamais égalé, et pour cause ; l’intrigue du jeu profite de la continuité directe avec la saga matrice, Warcraft, dont la troisième extension sera le cliffhanger monstrueux du troisième volet (pour faire simple, l’extension Wrath of the Lich King fait le pont avec Warcraft 3): qu’est-il réellement arrivé à Arthas, et que va-t-il devenir ? Je n’ai pas de données sous la main pour étayer mes dires, mais je pense qu’une majorité de joueurs, surtout les nouveaux, ignorent la profondeur scénaristique du Mmorpg de Blizzard, car en soi, une des forces du jeu est de permettre l’immersion immédiate dans cet univers virtuel, sans qu’aucune culture du produit ou du genre soit nécessaire. Néanmoins, une frange de joueurs, à un niveau plus ou moins variable d’exigence, connait la profondeur de narration, soit parce qu’il est un vétéran du jeu, soit parce qu’il a pris plaisir à suivre le feuilleton proposé par l’éditeur. Pour Starcraft 2, le principe est parfaitement identique, et pour avoir joué assidument à la campagne Terrans, je peux encore attester de la qualité du scénario. Au vu des premières critiques de Heart of the Swarm, la réussite semble encore incontestable.

2 – Une réalisation irréprochable

Tous les grandes franchises de Blizzard ont toujours été saluées par leur excellence technique et artistique. Seul Wow, à sa sortie, suscita quelques moues dubitatives de la part de ceux qui avaient normalisé les jeux en trois dimensions dans une logique obligatoirement pseudo réaliste, à une époque transitoire où les augures scientistes déclaraient la fin du pixel et l’avènement du vecteur roi. Comme nous le verrons en 3ème points, en plus de respecter une charte graphique et un univers préalablement défini dès Warcraft premier du nom, les choix techniques permirent à Wow de s’installer au sein d’un parc de machines complètement hétérogène. D’autres Mmorpg se sont depuis cassés les dents en proposant un jeu certes léché et réussi, mais souvent inadapté aux capacités moyennes d’une machine lambda. Malgré tout, en concédant le style cartoon du Mmorpg, la réussite artistique de la première version du Mmorpg de Blizzard est une totale évidence. Jamais un jeu n’avait été aussi féérique (belle alchimie des thèmes musicaux et des environnements graphiques), jamais l’univers n’avait semblé si foisonnant et immense. Cette réussite est d’ailleurs renforcée par la pérennité du jeu et la faible refonte que le jeu a connu au fil du temps, répondant d’ailleurs davantage à des logiques de résolution qu’à de véritables bouleversements artistiques (si ce n’est les droods – parfois la vieille forme feral me manque tout de même).

Pour Starcraft, le premier comme le second, la réalisation est simplement parfaite. Avec des partis pris refusant toute concession à la mode ou au challenge inutile, Blizzard concentre ses efforts sur des détails, sur des environnements, sur des musiques ou un doublage de qualité réalisé dans la langue du pays concerné. Jouer à Starcraft, c’est comme assister à une bataille terrestre de Starwars, avec moult animations embellissant le spectacle par l’accumulation de petit détails sympathiques. Le scénario, pour le premier Starcraft, se découvrait via des petits médaillons montrant les différents acteurs de l’intrigue échanger leurs points de vue sur la question en cours. Pour le second opus, des intermèdes en 3d et des scènes interactives augmentent encore davantage l’immersion du joueur. Une logique multimédia qui se marie parfaitement avec la partie ludique, tout en ayant l’élégance de ne pas s’imposer, une simple pression de la touche escape raccourcissant tout passage déjà vu ou un peu trop long. Participant au plaisir du jeu, les chemins scénaristiques proposent de nombreux embranchements permettant de modifier l’histoire, comme par exemple pour le choix d’unités bonus, comme les « fantômes », dont deux émissaires, deux archétypes proposent simultanément les services. Ce sens du spectacle, qui démontrent la considération que Blizzard confère au genre, rejoint celui des blockbusters hollywoodiens, et à l’exemple de Diablo 3, peut entrainer un développement beaucoup plus long que prévu ; mais si le jeu sus-dit a pu décevoir par sa faible durée de vie (déception somme toute relative au vu du genre… ), la réalisation somptueuse ne peut que susciter l’admiration.

3 – Un marketing savant

Cela fait déjà un bon bout de temps que le genre du jeu vidéo est sortie de l’ornière du geek ou de l’ado immature, champ culturel honteux dans lequel certains allergiques de la cause numérique l’avaient opportunément rangé. Malgré tout, le public s’élargissant avec le temps, et les alternatives technologiques et médiatiques évoluant de manière incontrôlables, fédérer les joueurs/consommateurs derrière une bannière demande énormément de temps et d’investissements. Le succès des franchises de Blizzard aurait pu les incliner à multiplier les projets ou les concepts, et excepté leur nouvel Mmorpg secret baptisé de manière sibylline « Titan », ils ont opté de se consacrer à la capitalisation de leurs précédentes réussites. Sur la page Wiki consacrée à Blizzard, la stratégie est d’ailleurs évidente en compulsant le tableau compilant les titres édités ; si la variété est de mise pour l’entité Silicon & Synapse qui est en quelque sorte la chrysalide de l’éditeur vedette, en tant que Blizzard, à part quelques intrus en début de carrière, on se retrouve sur les quatre franchises actuelles : Warcraft, Starcraft, Diablo, World of Warcraft.

D’énormes investissements sont réalisés à l’évidence dans la gestion de leurs campagnes de communication, que ce soit durant des périodes très actives de sortie de jeu, ou dans des périodes d’attentes, qui par exemple pour Diablo 3, a fait l’objet régulier d’annonces et de trailers, suscitant une attente et des espoirs que la réalité du jeu ne pouvait que décevoir. Pour la sortie de ce second volet de Starcraft 2, Blizzard a ainsi réalisé un minisite à la hauteur du contenu du jeu. Des personnages à l’intrigue, du contenu multimédia à la boutique, tout est prévu pour proposer au joueur/visiteur un début d’immersion dans l’aventure ludique proposée. Alors oui, Blizzard est devenu une énorme machine, mais malgré tout, le savoir-faire de l’excellence technique semble avoir dépeint sur l’environnement hors jeu. Avec un Brand Management judicieux, particulièrement scrupuleux du respect des joueurs et de leurs attentes, Blizzard a réussi à valoriser à la fois son image et ses productions.

Plus fort encore, leur choix de diviser les camps en autant de campagnes pour Starcraft 2, initialement très critiqué, a fini de convaincre les joueurs, fidélisant ainsi une partie importante du public et garantissant des rentrées subsidiaires sur plusieurs années. Les choix plus stratégiques et prudents sur certaines stratégies commerciales comme la vente de produits additionnels pour leur franchise ont démontré également le souci de corréler aux attentes des joueurs sans se voir entaché par des accusations d’opportunisme commercial visant à préférer une catégorie de ses joueurs davantage aisés financièrement.

4 – Une vraie culture et réflexion ludique

Blizzard a surtout comme préoccupation ce que nous identifierons comme le plaisir d’utilisateur ; en résumé, les développeurs et décideurs veulent à l’évidence fournir l’expérience ludique et interactive en corrélation avec les attentes de leur public. Cette volonté est évidente pour un jeu comme World of Warcraft qui a vu ses mécanismes de jeu constamment bouleversés, pour passer du jeu pur et technique, à l’expérience communautaire, toujours ludique, mais simplifiée à l’extrême. En contrepoint, un jeu comme Diablo 3 par exemple, va proposer une bonne palette de stratégies, tout en mettant le curseur de la difficulté selon le bon vouloir du joueur. Pour revenir à Starcraft 2, les Hauts Faits permettent par exemple de corser une expérience de jeu solo, et le jeu multi/réseau demeure à l’heure actuelle une référence du jeu de stratégie.

De par sa position de leader dans le domaine du jeu vidéo, fort de cette culture vidéoludique, dans certaines franchises sont intégrés des références et des hommages à d’autres jeux, comme par exemple dans Wow avec l’intégration récente d’un système de combat de mascottes, véritable ersatz du jeu Pokemon ou encore un avatar du jeu Plant vs Zombies que l’on peut trouver à Austrivage ; dans Starcraft 2 aussi, avec « The Lost Viking » (nom d’un jeu moins connu de Blizzard), Galaxian like trouvable dans le bar de l’Hypérion. Plus finement encore, le système de cooldown des techniques renvoient à celui des jeux de combats à la StreetFighter 2 ou King of Fighters ; pour faire une comparaison, c’est à mon sens ce qu’il manquait à un jeu comme Warmhammer Online au moment de sa sortie, la transition entre les techniques manquant de césure. En conclusion, il y a un réel travail d’analyse et de synthèse, et sans conteste une véritable créativité qui conserve malgré tout une forme de recyclage d’une culture ludique trans-genre.

Pour finir…

Le site de Starcraft 2 dédié en partie à la sortie de Heart of the Swarm.

L’intro du jeu Starcraft 2 : Heart of the Swarm, spectaculaire.

Sur Youtube.fr, la vidéo « française » de l’événement.

Pour essayer Starcraft 2.

Vengeance Knows no frontiers ! (*musique style Gladiator)

Bonus :

La page wikipedia du jeu Starcraft, pleine d’anecdotes intéressantes sur le jeu et le contexte de sortie.

Tout seigneur, tout honneur, la page wikipedia sur Warhammer 40000.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *