Travaux rédactionnels

La rédaction de contenu s’est toujours avérée une partie majeure de mon travail en communication. Je me souviens d’une anecdote lors de mon premier poste en tant que concepteur-graphiste. J’avais été chargé de mettre en page un document officiel, et j’attendais les éléments rédactionnels d’une écrivain public grassement rémunéré (de mémoire, mon salaire de l’époque multiplié par… dix) pour rédiger une dizaine de feuillets. En recevant sa prose, je fus complètement sidéré de constater les répétitions et les fautes diverses parsemant le document : par provocation, je mettais en page les éléments entrainant immédiatement ma convocation par la Responsable, souhaitant obtenir quelques éclaircissements sur le sujet. Tandis qu’elle me reprenait sur la grammaire et l’orthographe, je lui rapportais l’origine du document et le salaire obtenu pour sa rédaction. Ma responsable m’a regardé alors d’un air grave, en concluant avec sobriété par une philosophie qui allait devenir par la suite un credo : « Dans ce métier, nous avons un devoir de qualité ».

J’ai donc corrigé les fautes, j’ai même retouché intégralement le texte en enlevant notamment toutes les répétitions, l’auteur ayant abusé des arguments marketing de l’époque pour les copier/coller tous les cinq paragraphes. Avec le temps, je me suis rendu compte que la difficulté à réaliser un message ne reposait pas forcément sur la création d’un concept, mais davantage sur tous les aspects de sa conception littéraire et juridique. C’est un des aspects les plus stratégique de ce métier, qui, avec l’avènement du marketing en ligne, a d’ailleurs encore connu une incrémentation de son importance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *