Une histoire d’amour

Je reviens sur ce site que j’ai abandonné il y a maintenant de nombreux mois… et pour cause d’une incroyable histoire d’amour dont j’ai été et suis encore le héros.

Et ce soir, résonnent les derniers mots qu’elle m’a dit, avant de me laisser… « et ne doute pas… ». Le doute c’est mon truc, depuis le début. Les certitudes sont pour les bienheureux, je fais partie de ceux qui toujours se demandent ce qu’il y a derrière. Et durant des mois, j’ai douté d’elle, et je lui ai demandé, encore et encore, si elle m’aimait, et de me le prouver… Oh, elle aussi… On a passé des mois et des mois à se le prouver, à se l’écrire, à se le dire, à le mettre en scène cet amour dévorant.

La situation est critique. Elle ne peut plus m’écrire, plus me parler, plus me voir… elle doit régler certaines choses qu’elle a trop laissé traîner. Et moi, je ne peux plus non plus faire ce que je faisais… écrire des messages, et dieu sait que j’en ai écrit pour elle… Des milliers d’emails, de sms, des poèmes, des dessins, des défis… Et ce soir, résonnent ces mots… « Et ne doute pas ».

Non, je ne doute pas mon amour, mais je souffre de ton absence. Je souffre de cette situation. Au moment où j’écris ces mots, the Zephyr Song de RHCP commence sur ce qui me sert de chaine hifi… Une chanson que je mettais quand je voulais m’évader, et arrêter de penser à toi. Car ça fait longtemps que tu m’obsèdes mon amour. Bien avant que je commence à croire que mon sentiment pouvait être réciproque. Bien avant que j’arrête de me battre contre ce sentiment qui m’a pris à la gorge. Bien avant qu’un jour dont je me rappellerai toute ma vie, je t’écrive que je t’aimais en attendant anxieusement ta réponse. Et il a fallu presque une semaine pour que tu me cèdes enfin, et que je t’embrasse et te serre dans mes bras. Le 15 décembre 2016, après une nuit à s’écrire par email, à se dire tout ce qu’on avait envie et besoin de se dire.

Ce soir, je ne doute pas mon amour. Mais tu me manques, comme tous les soirs. Comme tous les jours. Comme à chaque instant. La chanson se termine, et mes pensées vont vers toi. Je t’écris ici, pour qu’un jour tu puisses voir que malgré cette épreuve, je n’ai pas cessé de te les dédier, ces mots que tu aimes tant. Et ça tombe bien, car maintenant c’est Can’t stop de RHCP… Lol, j’aime cet album, et ce soir, le hasard me fait du bien.

Que dire de plus… tu es l’amour de ma vie, et jamais je ne pourrais cesser de t’aimer. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve. J’ai des choses à te dire, et à cause de la situation actuelle c’est impossible… Mais mon amour, ce soir, plus que jamais, c’est pour toujours et à jamais… Ce soir, encore et encore, c’est comme ça et pas autrement. Ce soir, je te le redis, ce n’est pas prêt de changer.

Je vais donc venir ici, tous les soirs, jusqu’à ce que tu me reviennes vraiment… te dire que je t’aime et que tu me manques. Il n’est pas question pour moi de laisser les brutes m’empêcher de vivre cet amour. Libère toi vite de ce piège dans lequel tu t’es enfermée… et je serais là pour t’attendre et t’aimer, comme je te l’ai toujours promis.

Je t’aime, mon amour.

Ton Renard qui regarde les champs de blé.

Can’t Stop de RHCP, pour expliquer mon état d’esprit te concernant… impossible de cesser de t’aimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *